François Flahault


Philosophe et anthropologue

Menu
Articles en ligne
Livres en ligne

La Pensée des contes

• Téléchargez le texte intégral en version PDF


La Pensée des contes

Les centaines de contes qui ont circulé depuis des siècles ou des millénaires dans toute l’Eurasie et le bassin méditerranéen constituent un immense patrimoine culturel. Dans la diversité de leurs intrigues, ils se répondent les uns aux autres. Cendrillon parle aussi bien à un Chinois ou un Japonais qu’à un Français ou un Italien. Ce sont des miroirs énigmatiques de notre commune humanité.

En quel point de nous-mêmes nous touche tel conte ? Et celui-ci, et celui-là, avec leurs nombreuses variantes ? Quelle secrète cohérence relie entre eux les contes ? Comment, de conte en conte, les mêmes motifs reviennent-ils, avec des variations significatives ou des inversions, comment s’inscrivent-ils dans des structures singulières, elles-mêmes liées à des problématiques existentielles différentes ? Telles sont les questions qui sont à l’origine de l’enquête commencée dans ma jeunesse et longuement, indéfiniment poursuivie.

« Une philosophie en germe », écrivait Lévi-Strauss à propos des mythes ou contes amérindiens. La formule vaut aussi pour les contes européens. Relevant d’une pensée narrative et non pas conceptuelle, ils explorent des aspects de la condition humaine que la tradition philosophique occidentale a délaissés. Comment concilier l’infini désir d’exister qui anime chacun de nous avec la nécessité d’exister à plusieurs, donc de limiter ce désir ? Comment faire notre chemin à partir de la génération dont nous sommes issus pour rejoindre celle où nous devons trouver notre place ? Comment l’attachement peut-il transmettre le viatique d’une force de vie, mais être aussi un cadeau empoisonné ?

Les contes sont un pont vers d’autres cultures, il nous aident à aller au devant de formes de pensée non-européennes. Tâche qui aujourd'hui, en un temps de mondialisation des échanges intellectuels, est devenue indispensable. Ce n'est pas en continuant d'affirmer son universalité prétendue que la pensée occidentale dépassera les partis pris qui, à son insu, l'ont modelée. C'est en se confrontant à d'autres formes de pensée, y compris celles qui ne répondent pas à ses critères de rationalité.

Menu
Tous droits reservés - François Flahault 2015